Situation actuelle des internes au SAU de Mulhouse

Des difficultés diverses et déjà largement commentées dans la presse nationale ont conduit à la démission un grand nombre de praticiens du Service d’Accueil des Urgences de Mulhouse depuis la rentrée. Mais quand le nombre de médecins chute brutalement, le nombre d’internes et de patients admis reste le même.

C’est dans ce contexte de difficultés extrêmes d’encadrement que plusieurs dysfonctionnements graves ont eu lieu ces dernières semaines. Les rares médecins sur place étant souvent indisponibles, ce sont ces étudiants en première année d’internat qui se retrouvent en première ligne, seuls face à des situations extrêmement compliquées : malades en fin de vie admis en urgence, détresses respiratoires sous ventilation artificielle, chocs septiques…

La situation déjà compliquée du SAU de Mulhouse s’est donc aggravée significativement depuis la rentrée, ce qui a conduit d’une part à des situations inquiétantes pour les patients ; et d’autre part à un état de détresse psychologique chez nos étudiants, à tel point que tous ont été mis en arrêt de travail, chose rarissime jusque-là lorsque l’on connait la résistance des internes à toutes sortes de situations difficiles inhérentes au métier et au volume de travail habituel.

Une réunion a été organisée entre la direction de l’hôpital et les internes des urgences le lundi 30 septembre, en présence d’un représentant du SAIHCS et du SARRA. Plusieurs témoignages de situations désastreuses ont pu être évoqués: la direction a écouté ces faits en s’étonnant de l’état de santé des internes, sans avancer de pistes de changements. 

Nous avions pourtant déjà alerté de ces difficultés une semaine avant, en présence de représentants de l’Agence Régionale de Santé Grand Est, du directeur de la Commission Médicale d’Etablissement de l’hôpital de Mulhouse et de la Faculté. Tous nous ont assurés être surpris des dysfonctionnements que nous rapportions, « possiblement anecdotiques et exagérés », et assuraient de la qualité de l’encadrement actuel et futur.

Malgré nos avertissements, il a même été décidé qu’à partir de novembre, ce seraient dix nouveaux internes qui remplaceront les internes actuels pour le semestre d’hiver. Dix internes de premier semestre, qui débuteront donc leur internat seuls au sein des urgences de Mulhouse, sans que cela ne semble choquer ni l’établissement, ni l’Agence Régionale de Santé.

Cette situation n’est pas acceptable, et cette dernière semaine l’a prouvé une fois de plus. Aucune solution concrète n’est apportée par la direction de l’hôpital. Dans ces conditions, nous ne pouvons tolérer que des étudiants soient utilisés pour combler les brèches, en sacrifiant leur formation, leur santé, et celle des patients. 

Nous demandons une redistribution de ces postes sur des services capables d’assurer un encadrement pédagogique répondant aux objectifs de formation et de préservation de la santé au travail des internes. Nous demandons également l’application stricte de la loi concernant le nombre de postes minimum à ouvrir par promotion d’internes. 

En absence d’avancée concrète, un préavis de grève pourra être déposé.

Pour le SAIHCS  

Lucas GAUER
Mathieu WERNER

Pour le SARRA  

Daria GHEORGHE
Charlène ROUILHAC